"Le Fonds d'Urgence de KEDGE m'a aidé financièrement et moralement durant la crise"

le 14/10/2021
Les mesures de confinement décrétées par la France et un grand nombre de pays pour lutter contre la propagation du virus COVID 19 ont frappé très durement certains étudiants de KEDGE, les plaçant du jour au lendemain dans des situations précaires. Acteur engagé dans la solidarité et le bien-être de ses étudiants, KEDGE a mis en place un fonds d’urgence consacré aux étudiants en difficultés, dont Claire, étudiante du programme EBP de KEDGE, a pu bénéficier.

Bonjour Claire, présentez-vous brièvement et parlez-nous en deux mots de votre parcours à KEDGE

J’ai intégré l’EBP en 2016, programme post-bac en 5 ans et demi. J’ai effectué mon bachelor et mon master en double diplôme en Allemagne. J’ai eu également l’opportunité d’effectuer plusieurs stages durant mon parcours ce qui m’a permis de découvrir le monde de l’hôtellerie. 

En 2020 lors de la crise sanitaire due au COVID-19, l'entreprise qui vous avait promis un stage a soudainement dû annuler votre contrat. Expliquez-nous ce que cela a engendré dans votre vie, vos finances, votre scolarité.

En mars 2020, j’étais en stage dans un hôtel en Bavière dans un petit village qui ne dépassait pas les mille habitants, à la frontière autrichienne. Mon contrat s’est arrêté à la fin du mois du mars, soit mon premier mois de stage, après l’annonce du premier confinement en Allemagne. La Bavière a été un des Länder les plus touchés par la crise. L’arrêt de mon contrat a engendré la fin de ma rémunération mensuelle. Financièrement, il n’y avait plus cette source de revenus.  Je ne pouvais pas rentrer chez mes parents dans le Sud-Ouest pour des raisons financières, logistiques et personnelles. À cela s’ajoute, l’assurance et les annuités de mon prêt, les dépenses courantes…  

Vous souhaitez soutenir les étudiants en précarité ?

Alors encouragez nos étudiants dans leurs projets professionnels et personnels. Aidons nos étudiants à se réaliser pleinement, en leur redonnant confiance en eux et leur avenir grâce à vos dons !

Je donne

Je veux en savoir plus

Suite à cet incident inédit, vous avez fait appel au fond de solidarité de l'école, financé en grande partie par des diplômés. Qu'est-ce que ces fonds vous ont concrètement apporté ?

Le fond m’a apporté une aide financière et une aide morale puisque j’ai pu également parler de mes problèmes lors de la demande du fonds d’urgence. Comme je l’ai énoncé précédemment, j’étais vraiment dans un tout petit village où je ne connaissais vraiment personne. J’ai eu de la chance de vivre en colocation pendant cette période. Je n’étais pas seule, c’était quand même dur de parler de ses problèmes. Ce premier confinement, personne ne pouvait vraiment le prédire et personne n’avait vécu ça auparavant. Psychologiquement, cela a été une épreuve à surmonter.

Pour revenir au fond d’urgence, j’ai pu l’utiliser pour les dépenses courantes et les frais engendrés par le prêt. J’ai pu rentrer dans les Landes début juillet également avec le fonds.

Quant à ma scolarité, je n’ai pas pu finir mon stage qui était initialement prévu jusqu’en août 2020 et qui devait valider mon bachelor. Il y a eu quelques problèmes avec mon école en double diplôme en Allemagne. KEDGE m’a soutenue et a pu m’aider à gérer le litige. J’ai dû réaliser un autre stage durant l’été pour valider mon année.  

Quelle est votre situation aujourd'hui ? 

Je suis en fin du programme de l’EBP. Le secteur du tourisme a été très impacté par la crise sanitaire. Malgré tout, j’ai voulu continuer dans ce secteur et je fais actuellement mon stage de fin d’études dans un cinq étoiles à Lyon. Je suis plutôt chanceuse d’avoir pu trouver un stage en hôtellerie de luxe et d’ici quelques temps, je vais commencer à chercher un travail en hôtellerie et commencer à rembourser mon prêt. 

Avez-vous un message à faire passer aux donateurs et à ceux qui éventuellement hésitent encore à donner ?

Je remercie les donateurs qui ont participé au fond d’urgence de KEDGE. Cela m’a aidé, et cela a aidé mes parents dans cette période difficile.

Je sais qu’une fois diplômée, je participerai au fonds d’urgence. Je me suis retrouvée dans une situation complexe entre mars et mai 2020. Le fond d’urgence a eu plus qu’un impact financier. Je serais peut-être partie de l’EBP, je n’aurais probablement pas continué dans la voie de l’hôtellerie, et je ne serais pas aussi sereine que je le suis actuellement pour aborder mon début de carrière sans cette aide précieuse.  

Claire, étudiante du programme EBP de KEDGE

Je donne

Je veux en savoir plus

Retour en haut